Peur de l’inconnu : 5 clés qui m’ont aidée à la vaincre[#3]

17 Août, 2017 | Motivation/Mindset, Reco lecture | 0 commentaires

Voici la troisième clé qui m’a aidée à passer outre certaines limitations et peurs. On a parlé dans le précédent article du pouvoir des duaa et de leur importance, et surtout de l’importance de s’en remettre à Lui.

L’instant présent

Le »moment présent » c’est le moment qui file, seconde après seconde, pendant que tu lis ces quelques lignes. On a tendance à penser à plusieurs choses en même temps et à se focaliser sur la prochaine action ou sur ce qui nous attend sur le feu. Le problème qui se pose c’est que ces éléments captent notre attention et nous empêchent de voir ce qu’il se passe à l’instant T. Ceci agit comme un parasite.

On a donc très souvent cette sensation de ne pas voir le temps filer, et de ne pas avoir assez profité de ce que nous faisions, là, maintenant, et d’avoir agit par automatisme pendant ce temps. Je t’avoue que ça a un avantage non négligeable : pouvoir accélérer le temps et passer plus vite les moments pénibles.

Exemples :

  • quand tu es au boulot et que tu n’as pas la pêche, tu te mets en mode automatique et hop il est déjà l’heure de partir
  • quand tu commences ton année d’étude et que tu as hate que ça se termine, hop RDV dans 6 mois pour voir où tu en es

Ce qui peut être utile quand il y en a besoin mais le problème qui subsiste c’est que le temps t’échappe et que même ces moments, aussi penibles soient-ils, sont perdus… j’avoue que j’utilise un peu ça depuis que je travaille. J’ai passé près d’une année en mode automatique, un peu triste en l’écrivant… mais j’essaie de reprendre conscience du présent.

Pourquoi rester connecté au présent ?

Lorsque le temps t’échappe, file, tu n’es plus que son esclave et tu finis par ne plus pouvoir, ou seulement avec difficulté, reprendre la main dessus. En vrai ce n’est pas le temps que tu contrôles mais ta conception du temps, ton rapport à lui. Mets-le à profit, et ne le laisse pas prendre le dessus, car dans quelques années tu risques d’avoir certains regrets. Les regrets sont durs à vivre, ils témoignent très souvent d’une négligence de notre part.

Rester connecté au présent c’est aussi porter l’attention nécessaire aux choses essentielles de la vie ainsi qu’aux personnes. Nous sommes injustes envers nos proches bien souvent ou encore envers nos devoirs religieux et spirituels.

Se connecter au présent et reprendre possession de soi à l’instant T nous est bien utile pour mieux apprendre et surtout mieux nous lier à ce qu’il se passe. Je parle de lien, car je pense à la prière où nous devons rechercher un état de concentration, khushu3 (recueillement), important pour accomplir cet acte d’adoration. La reconnexion au moment présent permet cela. Tourner son esprit et son corps vers cet instant pour le vivre comme il se doit.

On peut trouver encore beaucoup de bénéfices à cet effort, comme :

  • meilleure concentration
  • meilleure compréhension
  • retour de sensations et sentiments
  • moins de rides ? 🙂
  • réactivité

Concentre-toi sur le moment présent. Cet instant ou tu sais et tu ressens tout ce qui se passe, et sur lequel tu as un pouvoir d’action, seul moment sur lequel tu peux influer. C’est à cet instant que tu prends conscience de ce que tu peux faire, de ce que tu dois changer, de ce sur quoi tu peux agir… et que tu pourras passer à l’action.

On ne se projette pas alors ?

Le problème de la projection c’est qu’elle concerne tout. On veut tout prévoir avant de se lancer et on entre dans des détails superflus.

Il y a une différence entre se projeter à long terme pour imaginer sa vie de manière générale. Et se projeter dans les méandres de nos angoisses pour ensuite rester immobile. Se projeter à moyen et long terme permet de garder un cap, et d’avoir le regard porté sur l’horizon, ne pas se perdre en chemin.

Se projeter dans les prochaines heures voire minutes est également parasitant. On passe en mode automatique sur ce qu’on fait à l’instant T, parce qu’on anticipe sur toutes les tâches qui viennent ensuite. Le problème est que cela crée chez beaucoup de personnes des blocages ou de l’angoisse (à différents degrés).

Pourquoi ? Parce que cette anticipation fait voir le reste de la journée ou de la semaine comme une montagne de problèmes. Au lieu de se préoccuper de la « tache » actuelle uniquement, on peut se sentir submergé pour la suite. (Coucou la #procrasteam!).

Comment faire ?

A lire aussi :  6 idées lecture pour un meilleur mindset

Oui, j’imagine que c’est très subjectif pour beaucoup. Voici quelques actions que tu peux faire dans les moments clés et les moments où tu sens que ça va trop vite (au choix ou tout en commençant par le premier) :

  • concentres-toi sur ta respiration, reprends la main dessus, et si tu peux (bonne nouvelle ça s’apprend) reprends une respiration abdominale. Le diaphragme doit être débloqué (voir techniques de Sophrologie), un point bloqué chez presque tous ! ça change la vie 🙂
  • concentres-toi sur tes paroles
  • concentres-toi sur tes membres et ton corps pour le sentir, retrouves tes sensations

Il s’agit en fait de reprendre conscience de ton corps à cet instant. Cela permet de refocaliser ton attention sur ce que tu souhaites. Très important quand, dans un moment de stress ou de panique, tu es envahie par diverses pensées qui peuvent te bloquer et t’empêcher d’avancer.

Te reconnecter sur la tâche actuelle, sur le moment présent, permet d’alléger tes épaules et t’évite de penser à des choses qui ne sont même pas encore là pour t’en soucier. On ne cherche pas une solution à un problème qui ne se pose pas : perte de temps et d’énergie !

Voilà nous y sommes : être dans le moment présent te permet d’économiser beaucoup d’énergie et de l’utiliser à la bonne réalisation de la tâche sur laquelle tu es, ou au profit du moment que tu passes avec des proches par exemple. Une économie non négligeable. Après tout, chaque chose en son temps non ?

Tu peux te projeter comme on disait, c’est important, mais à un moment pour avancer vers cette projection, vers ces projets, tu as besoin d’agir, maintenant. Allez encore une fois : concentre-toi sur le moment présent. Cet instant où tu sais et tu ressens tout ce qui se passe, et sur lequel tu as un pouvoir d’action, seul moment sur lequel tu peux influer. C’est à cet instant que tu prends conscience de ce que tu peux faire, de ce que tu dois changer, de ce sur quoi tu peux agir pour arriver au bout.

Conclusion

Souviens-toi, hier n’existe plus, demain n’existe pas (quelque chose comme ça).

La conscience du moment présent donne vite place à l’action et à moins d’hésitations. C’est ce dont on va parler dans le prochain article. Comment passer à l’action et agir quasi instantanément pour virer les hésitations et le « wasswass » (insufflation négative) : la règle des 5 secondes.

A lire aussi :  Camp de Base de l'Everest : pourquoi faire ce trek ?

Pin It on Pinterest

Share This